Je ne suis pas une grande connaisseuse en matière de vin.

Je sais apprécier un bon verre mais je ne sais pas repérer un bon cru, ni même comment bien le déguster et l’apprécier.

Lorsqu’Alessandra De Mosto vin m’a contacté pour un projet de partenariat, j’ai sauté sur l’occasion. Nous avons mis en place un partenariat où j’apprends à déguster et découvrir le vin et en l’occurrence, ici, des vins italiens de petits domaines.

Un apprentissage que je compte bien partager avec vous.

Mais commençons par le commencement ; qui est Alessandra et que représente Mosto ?

Alessandra est une amatrice de vin, particulièrement attachée au patrimoine d’ l’Italie, terre natale de ses parents, qui a décidé d’allier ses deux passions en important des vins italiens issus de vignerons indépendants passionnés et de régions peu connues.

Elle a créé son entreprise, il y a deux ans, sous le nom de Mosto (qui se traduit par ‘le moût du vin’ en français). Elle a visité chaque vigneron pour comprendre leur façon de travailler et se former auprès d’eux.

Comment s’est déroulée ma première dégustation de vin avec Mosto ?

L’idée était de réaliser un repas alliant mets et vins, pour cela, Alessandra m’a proposé plusieurs vins à tester en me dirigeant d’un point de vue raccords mets et vins pour que je puisse élaborer des recettes.

Ensuite, nous avons mis cela en musique autour d’une dégustation en bonne et due forme en toute convivialité, chez moi. Sans tabou et sans gêne, on a pu poser nos questions, même les plus ridicules.

Pour notre première dégustation, nous sommes partis sur le thème de la romance ;

Depuis la région du Piémont en vue de la Saint-Valentin. La région est prestigieuse, car connue comme la terre du Barolo et du Barbaresco, mais recèle aussi quelques petites perles moins connues. Les vins ont tous un rapport avec la romance, soit pour leur couleur, soit par leur étymologie, soit encore pour leur saveur (le doux).

Bouteille après bouteille :

On prend l’apéritif :

On entame les festivités avec un rosé pétillant Curticella ; un vin d’apéritif qui en bouche, révèle de fines perles avec des notes de fraicheur et un nez fruité. Il provient de la région Piemonte, au pied des montagnes mais proche de la mer et un vignoble installé sur un ancien volcan, ce qui apporte une minéralité au vin.

Il accompagne avec plaisir les charcuteries et fromages à pâte dure, de mon côté, j’avais préparé quelques tapenades maisons qui fonctionnaient à merveille avec cette sélection.

J’avais proposé la tapenade aux tomates séchées et pignons de pin ; une tapenade d’aubergine et mon péché mignon ; la tapenade de maquereaux fumée.

Le vin se sert à 10-12°c de température.

En entrée :

En entrée, nous sommes parti sur un Gavi Docg 2016, la cedraia. Un vin blanc produit dans le Sud du Piémont à partir du cépage Cortese. C’est un vin certifié viva donc durable.

Mon petit coup de cœur de la soirée ; un vin jaune paille clair avec au nez, un parfum de fruits blancs ; de fleurs fraiches, de sureau et des touches de noisettes et amande.

En bouche, une note saline toute en finesse et cet arôme d’amande prononcé que j’ai tant apprécié.

Ce vin s’accorde parfaitement avec des crustacés, coquillages, poissons mais aussi avec les viandes blanches.

Cette fois, je l’ai accompagné d’une simple burrata crémeuse à l’huile aromatisée d’origan et une assiette de coques au vin blanc, chorizo et noisettes grillées. Un accord parfait qui a su révéler les plats.

Pour la petite histoire ; les premières traces écrites du Cortese remontent au XVIIIème siècle, via une légende à la « Roméo et Juliette » ; une princesse Gavia fuyait son père, furieux de son amour pour un jeune chevalier. Aidée par le Pape, elle aurait trouvé refuge en 528 dans cette région qu’elle baptisa d’après son patronyme – Gavi et c’est également elle qui inspira le nom du cépage – Cortese.

La température de service est idéale entre 8 et 10°.

 

En plat :

Pour le plat, on passe au rouge avec un Dolcetto d’Alba doc 2015 par le vigneron Luigi Pira.

C’est un cépage 100% Dolcetto qui s’accorde parfaitement avec des viandes blanches, des charcuteries.

La Dolcetto évoque quelque chose de doux pas du tout raccord avec le vin qui est plutôt puissant. Au nez, un arôme de fleurs et de fruits comme la myrtille, la cerise avec un nez intense et riche. La bouche est en accord avec le nez et le goût est long en bouche.

Il est préférable de la servir à une température comprise entre 16 et 18°.

Vous pouvez l’accorder avec des plats qui ont du goût voire même à base d’anchois.

Pour ma part, je l’ai servi avec une lasagne à la chair à saucisse au fenouil dont je vous posterai la recette cette semaine.

Pour finir :

Je n’avais pas envie de dessert mais de finir sur un plateau de fromages.

J’ai même eu l’occasion de dégoter certains fromages provenant de la région du Piemont, pour être totalement raccord avec le thème.

Pour clôturer cette soirée de découverte, Alessandra nous a proposé un vin liquoreux ; Gocce di Luce, un cépage Erbaluce. Une production qui se fait sur 3 hectares de vignes avec une production annuelle de 25.000 bouteilles.

D’ordinaire, je n’apprécie pas les vins liquoreux mais celui-ci n’était pas aussi «  fort en bouche » que ceux que j’ai eu l’occasion de déguster auparavant.

Il est parfait pour accompagner les fromages mais aussi les pâtisseries à base de fruits ou de noix.

Au nez, il apportera des notes d’acacia et de raisins secs et en bouche, un goût doux, velouté avec un juste équilibre entre l’acidité et le moelleux.

Il se sert avec une température qui varie entre 14 et 16°.

 

La dégustation se termine après une belle soirée de découverte.

Alessandra a prit le soin de nous partager les histoires de ces vins; qui se cache derrière chaque bouteille. Un vrai plus lors d’une dégustation. L’envie de partir en virée en Italie, à la découverte de ces vins et de ces producteurs qui mettent tant de cœur dans leur production.

 

J’espère que mon article vous aura plus et vous aura donné envie de découvrir ces vins.

Dans la continuité, je continuerai à découvrir chaque mois un vin d’une région propre que je vous ferai partager autour d’un plat.

Son site internet : https://mosto.be   Vous y trouverez toutes les infos. Et puis vous pouvez bien entendu découvrir son histoire et les dates des prochaines dégustations organisées via Mosto.

 

Merci à mon acolyte Lindsay Zébier de Id first pour les magnifiques photos.

article précédent
article suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© FouettMagic
Sauf mention contraire, l'ensemble des éléments sur ce blog (textes, et photographies) m'appartiennent.
Sans autorisation écrite préalable de ma part, je vous demanderais de ne pas vous approprier le contenu
de ce blog sans en avoir mis le lien d'origine et le crédit.